Séminaire franco-allemand sur l'intégration des musulmans en Allemagne et en France


Séminaire franco-allemand sur l'intégration des musulmans en Allemagne et en France

La Fondation Konrad Adenauer, en coopération avec le Projet Aladin, a organisé, le 18 octobre 2018 à Berlin, un séminaire sur «les musulmans et l'Islam dans les démocraties allemande et française: quelle intégration?». Plus de 60 parlementaires français et allemands, hauts fonctionnaires, représentants de la Commission européenne et du Conseil de l'Europe, des chefs religieux, des experts et des universitaires ont participé aux discussions lors de ce séminaire.

Le séminaire a abordé les obstacles et les possibilités d'intégration de la population musulmane en croissance en Europe, en mettant l'accent sur les conditions spécifiques en Allemagne et en France. Le séminaire s'est focalisé sur trois thèmes principaux: le financement et l'organisation des institutions religieuses et leurs représentations publiques en France et en Allemagne; la question de l'antisémitisme et des attitudes anti-israéliennes chez les musulmans en Europe, et la façon dont les musulmans européens contestent les droits des femmes et la liberté de conscience.

La discussion sur le financement et l'organisation des institutions religieuses musulmanes en France et en Allemagne, animée par le journaliste français Harold Hyman, a débuté par le discours de Honey Deihimi, chef du département de l'intégration sociale au cabinet de la chancelière Angela Merkel. Arnaud Schaumasse, Chef du bureau central des cultes au ministère de l'Intérieur; Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) ; Khalil Merroun, recteur de la mosquée d'Evry et président de l'Union des mosquées de France et hakim el Karoui, auteur de deux rapports de l'Institut Montaigne sur "un Islam français est possible" et "islamisme", ont été parmi les intervenants du premier panel. Dominique Bocquet, expert français de la coopération franco-allemande, des parlementaires français belkhir belhaddad et Frédéric petit et Henryk Wichmann, membre du Bundestag ont également exprimé leurs points de vue

Le groupe d'experts sur l'antisémitisme et l'hostilité envers Israël ont présenté deux rapports informatifs de Michael Blume, qui mène des efforts contre l'antisémitisme dans la région de Bade-Wurtemberg en Allemagne, et de Johannes Bormann, coordonnateur de la lutte contre l'antisémitisme à la Commission européenne. Ugly Lewin, vice-président de la Conférence des Rabbins européens, et Daniel Botmann, directeur général du Conseil central des Juifs d'Allemagne, ont parlé de la situation en France et en Allemagne.Le troisième panel, animé par l'ancien député allemand Cemile Giousouf, s'est principalement concentré sur les droits des femmes dans les sociétés musulmanes et sur les attitudes dominantes des musulmans européens sur cette question. La sénatrice française  Garriaud-Maylam et la professeure Susanne Schroeter de l'Université de Francfort étaient les deux principales oratrices de cette séance.

Le séminaire a atteint son objectif en permettant un débat libre et respectueux sur les trois thèmes principaux, dans le but d'élaborer des recommandations de politique générale et d'enrichir le débat d'une façon plus large en Europe sur l'intégration et la cohésion sociale.